Copenhague en famille

Petite rétrospective de notre premier voyage Européen en famille, direction Copenhague !

Pourquoi Copenhague ?

Parce que ce pays des gens heureux était sur notre wishlist, parce que le premier mot de Paul a été « hygge », Copenhague était la destination évidente pour notre premier voyage à trois !

L’expérience du voyage en avion

Premier voyage et donc premier vol en avion pour Paul. Un peu d’appréhension, beaucoup d’improvisation, une hôtesse de l’air bienveillante et les 2 h de vol sont passées assez vite !

Paul était sur mes genoux ; on a pris les options hublot, gâteaux à volonté et son livre sonore préféré. Il a adoré le décollage et les turbulences, ses oreilles (les nôtres et celles de nos voisins) beaucoup moins la descente malgré la tétine et le biberon mais il a fini par s’endormir jusqu’à la sortie de l’avion.

Découverte de notre Airbnb dans le quartier de Nørrebro

Nous sommes arrivés sur Copenhague en début d’après-midi. Nous avons pris le métro puis le bus, direction Nørrebro, pour récupérer les clés de notre Airbnb.

Un appartement typiquement danois, situé au cinquième et dernier étage d’un immeuble ancien. Très lumineux (même la nuit puisqu’elle est assez courte au Danemark), minimaliste (déco épurée), hygge (lumières tamisées à volonté) et kid friendly (tout le nécessaire est mis à disposition pour voyager avec un petit : lit bébé, table à langer, baignoire pliable, chaise haute et jouets).

Airbnb très bien situé, à proximité du parc Superkilen et des commerces. On partait en balade à la journée et on appréciait de rentrer en fin d’après-midi pour faire un arrêt au parc, quelques courses pour le repas du soir et se poser à l’appartement pour la soirée : l’art de vivre à la danoise, on dit oui au hygge !

Jour 1 : Nørrebro

Multiculturel et atypique, ce quartier du nord-ouest de la ville a longtemps été surnommé Nørrebronx. Il mérite de s’y balader pour ses installations urbaines insolites en s’arrêtant aux points stratégiques repérés sur notre Cartoville et en se perdant dans les petites ruelles, ce que je préfère pour découvrir une ville.

Nous avons tout fait à pied avec Paul en poussette pour cette première journée. Copenhague est une ville à taille humaine, facilement accessible et sa réputation kid-friendly est bien vraie, c’est même une philosophie de vie chez eux : tout est pensé et adapté pour les enfants. Un enfant ou une poussette en vue, les danois laissent leur place naturellement et avec le sourire. Les parents danois se déplacent avec d’énormes poussettes et landaus d’un autre temps, avec parfois plusieurs enfants dedans, preuve que c’est bien la ville qui est adaptée aux poussettes et non l’inverse comme chez nous, où l’on doit avoir une poussette citadine pour passer partout. Les poussettes sont d’ailleurs laissées librement devant les cafés ou salons de thé avec leurs bébés dedans pendant que les parents sont à l’intérieur.

On a commencé par le jardin / cimetière Assistens Kirkegård à l’ombre des arbres, on y croise quelques sépultures comme celle d’Andersen.

Ensuite nous sommes arrivés sur la place Blågårds et notre curiosité nous a emmené dans l’atelier boutique de céramique Keramikbuttiken. Un sourire et quelques échanges avec une des céramistes qui était toute désolée de ne pas être en action pour nous montrer son travail puisque les céramiques étaient en cours de séchage. Je m’y serai bien posée pour observer son activité.

On a continué sur la promenade Sortedam, le long des lacs artificiels de la ville. On a pu observer le va-et-vient des cyclistes et des poussettes mais aussi des cygnes (les vrais et les pédalos géants) sur l’eau.

On a traversé le pont Dronning Louises et suivi les conseils de Julie Flamingo (son city guide nous a d’ailleurs accompagné tout au long du voyage) pour déjeuner au marché couvert Torvehhallerne. On a testé les fameuses smørrebrød, spécialité locale faite d’une tranche de pain agrémentée de poisson fumé, d’herbes aromatiques et de fruits frais, un vrai régal après une bonne balade matinale !

Après cette escale gourmande et une matinée en poussette, direction le Jardin botanique pour que notre petit homme puisse se défouler, courir après les oiseaux et ramasser des pâquerettes pour sa maman. Un début d’après-midi chill à l’ombre des arbres.

Ensuite direction Brumleby, un village de maisonnettes jaune créé par des médecins en 1853 suite à une épidémie de choléra. Premier logement social danois, l’esprit communautaire y est toujours présent.

Deuxième espace vert de la journée sur le trajet du retour, souvent appelé le Central Park de Copenhague pour ces grandes étendues de pelouse, on s’est arrêté au Fælledparken.

Et pour terminer cette première journée, un arrêt au parc Superkilen (comme tous les autres soirs d’ailleurs), notre spot préféré avant de rentrer. Espace urbain atypique, il a été imaginé pour faire émerger les rencontres des habitants du quartier et évoque la diversité multiculturelle avec notamment une fontaine marocaine ou une pieuvre-toboggan japonaise. Paul a adoré jouer dans la pieuvre, observer les skateurs dans la zone rouge et suivre les lignes graphiques de la dune bétonnée.

Jour 2 : Nyhavn, Christiania, la petite sirène & Nyboder

Incontournable de la ville, j’ai nommé le vélo et plus particulièrement le triporteur ou cargobike familial. C’est le mode de déplacement qu’on a choisi pour cette deuxième journée. Nous avons loué un Christiania Bike pour découvrir le quartier insolite de Christiania, là où il a été conçu il y a une trentaine d’années et où il y est toujours fabriqué !

Je l’ai testé sur quelques mètres mais pour le reste de la journée, soyons honnêtes, c’est l’amoureux qui nous a promené et c’était bien agréable. Il est plutôt maniable, le compartiment est assez grand pour deux personnes, on y avait aussi casé le sac-à-dos et notre poussette de voyage Pockit.

Un premier arrêt à Nyhavn, le nouveau port de Copenhague. Vraie carte postale de la ville avec ses façades multicolores, je vous conseille d’y aller plutôt le matin, avant l’afflux des touristes.

En route pour le fameux quartier de Christiania. Ambiance particulière, c’est une ville dans la ville avec un fonctionnement autogéré, créée par des Hippies dans les années 70. On y croise autant de maisons hétéroclites que de revendeurs de cannabis façon marché local, une expérience un peu spéciale mais à faire pour le côté atypique, je vous parle de la balade évidemment.

En sortant de Christiania, petite pause déjeuner au Bridge Street Kitchen. Installés au niveau de l’ancien comptoir commercial du Groenland, plusieurs containers ont été réhabilités en comptoirs de street food aussi gourmands que variés, option burgers pour nous !

Ensuite on a emprunté les quais Larsens Plads pour rejoindre la petite sirène alias Den Lille Havfrue. On connaît tous l’histoire d’Andersen, je crois même que c’est le premier dessin animé que j’ai vu au cinéma petite, mais la statue qui la représente ne mérite pas qu’on s’y attarde. Lieu très fréquenté avec des bus à touristes et des perches à selfies en pagaye, on a vite repris le cargobike pour continuer la balade.

Cap à l’ouest, direction Nyboder, un alignement de maisons jaunes (oui les danois aiment le jaune) construites à l’époque pour les marins de la flotte royale. Dorées par le soleil, la teinte curry de ces maisons est même devenue le jaune Nyboder. Une anecdote que je prends plaisir à vous partager, ceux qui me connaissent bien comprendront. En effet, je suis de celles qui préfèrent (re)nommer les couleurs par leurs nuances et ce à quoi elles me font penser plutôt que par leurs noms classiques !

Et juste avant de rendre le cargobike, on s’est arrêté à Kongens Have, le plus vieux jardin public de la ville. Pause goûter pour Paul, comme la plupart des petits danois, qui s’y retrouvent en famille après l’école. Les danois attachent beaucoup d’importance aux enfants et à la vie de famille, ils terminent leurs journées de travail vers 16 h pour en profiter, passer du temps ensemble, vraiment.

Jour 3 : Indre by, Vesterbro, Frederiksberg & Tivoli

Après une première journée au nord-ouest et une deuxième journée à l’est, cap sur le centre et le sud-ouest de la ville pour cette troisième et dernière journée sur place.

La rue piétonne Strøget traverse le centre historique Indre By et relie les deux places principales. On y trouve de jolies boutiques déco et design. On s’est arrêté à Illums Bolighus où j’ai eu un vrai coup de cœur pour les jouets en bois de Kay Bojesen, notamment ce petit singe qui s’accroche partout. Passage obligé aussi au Lego Store, pour contempler les lieux de la ville en petites briques danoises. Pour la petite anecdote, la marque Lego vient du danois leg godt qui signifie « bien jouer » et du latin « j’assemble ».

Les deux rues historiques Magstræde & Snaregade méritent également le coup d’œil. Paul a fait des allers-retours sur les pavés et joué à cache-cache dans les recoins colorés.

Pour prendre un peu de hauteur, direction la tour d’observation astronomique Rundetårn qui offre une vue panoramique sur Copenhague. Et comme elle a été conçue pour y monter les télescopes, ce n’est pas un escalier mais un large couloir en colimaçon et donc pousssette-friendly qui permet d’y accéder, il y a juste quelques marches au sommet. Des murs blanchis à la chaux, des pavés au sol, et des grandes fenêtres en font une balade lumineuse et moins austère que la plupart des tours.

Cap à l’ouest dans le quartier de Vesterbro pour déjeuner chez Hyggestund by Mikkeler. Avec un temps radieux, on a opté pour manger en terrasse mais l’intérieur était très cosy. Une adresse façon diner US à l’ambiance scandinave : tartine d’avocat, gaufre salée au cheddar et poulet frit.

A l’heure de la sieste, direction le quartier de Frederiksberg pour ses jardins. D’abord celui de Søndermarken avec plusieurs arbres pour se poser à l’ombre et une jolie fontaine pour la plus grande joie de Paul. Pour les plus curieux vous pouvez vous aventurer sous le parc, là où se cache l’ancien réservoir d’eau de la ville : les citernes ont été réhabilitées en lieu d’exposition.

Une rue à traverser et on découvre le parc Frederiskberg Have, un vaste parc à l’anglaise où l’on peut croiser beaucoup d’animaux pas vraiment sauvages comme des oies, des hérons et des aigrettes.

On a clôturé la journée aux Jardins de Tivoli, un des plus vieux parcs d’attractions du monde. Walt Disney s’en serait même inspiré pour Disneyland. On l’a fait en tant que balade (après quelques minutes d’hésitation pour le billet d’entrée) mais ce parc offre un joli spectacle même sans faire les manèges et une ambiance barbe à papa très sympa. Paul a adoré observer le grand huit et il a profité de l’espace adapté aux petits avec notamment un xylophone géant et l’aire de jeux toute souple.

Ce que l’on retiendra de Copenhague

La ville des enfants et des vélos où il fait bon vivre. Une belle destination à découvrir en famille !

Et vous, Copenhague vous tente ?

Je vous laisse me poser des questions en commentaire si besoin, j’y répondrai avec plaisir !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *